La Communauté

La Communauté du Grand Séminaire de Strasbourg, ce sont :
– un supérieur et trois directeurs d‘année/accompagnateurs spirituels
– 11 séminaristes
Plusieurs personnes au service de la communauté dans l’accueil, l’entretien, l’économat, l’intendance, la bibliothèque…

Le Grand Séminaire accueille aussi des étudiants qui sont logés dans la maison.

  • Venir prier avec les séminaristes 

Tout le monde est le bienvenu pour prier avec nous.

A certains moments, la chapelle est ouverte à tous depuis la petite porte bleue donnant sur la rue des frères. Elle est ouverte environ 5 à 10 minutes avant le début de l’office.

 

  • S’inviter au séminaire 

Nous vous encourageons à venir nous rencontrer. Simplement pour un échange ou une visite, ou encore pour partager avec la communauté le repas de midi ou du soir. Il ne faut pas hésiter à nous contacter, vous êtes le bienvenue. Il suffit de contacter l’un des séminaristes ou l’un des prêtres de la maison (coordonnées sur la page des contacts).

 

  • La vie habituelle d’un séminariste

La journée commence habituellement  par un temps d’oraison à 6h30 suivie de la prière de Laudes à 7h.

La célébration de l’Eucharistie est bien entendu le cœur de la journée.

Les repas sont pris en commun.

Tout un éventail de services de la vie commune sont pris en charge par les séminaristes : préparation et animation des temps de prière, vaisselle, la gestion des revues et journaux, de la bibliothèque, la buanderie, les relations avec les étudiants, la communication, l’entretien de la cour et du jardin, etc.
Chaque semaine le mercredi est particulièrement marqué comme une « journée communautaire ».

La lectio divina, lecture et méditation priante commune de la Parole de Dieu rythme la vie des séminaristes.

Les activités communautaires des quatre premières années s’interrompent le week-end au profit de la vie paroissiale que chacun rejoint. C’est aussi l’occasion de vivre des week-ends de formation en année de Séminaire.

Durant les vacances d’été, les séminaristes partagent leur temps entre un service pastoral dans une paroisse, un lieu de pèlerinage, des camps de jeunes…, une expérience de travail ou de stage, et une plage de légitime repos.

  •  Les études

Avant leur entrée au Séminaire, les candidats au sacerdoce vivent une année d’approfondissement et de discernement: l’année de Propédeutique, qui a lieu à Nancy et leur permet de demander de façon éclairée et mûrie leur entrée dans le Séminaire de leur diocèse.

Dès leur première année au Séminaire de Strasbourg, la formation des séminaristes se répartit entre les cours universitaires donnés à la Faculté de théologie catholique (voir le site internet de la Faculté de Théologie Catholique de Strasbourg) et les enseignements spécifiques dispensés au Grand Séminaire en des matières et sur des points nécessaires à la formation d’un futur prêtre. Cela représente environ 25h hebdomadaires (hors temps de travail personnel).

Durant la semaine et tout au long de sa formation, chaque séminariste est envoyé vivre des expériences apostoliques diverses : visite de personnes âgées en maison de retraite, visite des malades en milieu hospitalier, participation à l’aumônerie des prisons, soutien scolaire d’enfants avec la Caritas/Secours catholique, aumônerie de la rue, enseignement religieux ou catéchèse paroissiale, participation à la vie d’un mouvement de jeunes ou d’adultes…

Vers la 3e année de leur cursus de Séminaire, les séminaristes sont encouragés à vivre une année de césure. C’est une année de recul et de discernement à l’extérieur du diocèse et de la structure séminaire. Cette année est construite avec les pères du séminaire en fonction de chacun.

Les 5ème et 6ème années de formation restent de plein droit des années d’études accomplies à la faculté et au Séminaire. Au Séminaire, le complément de formation y acquiert une dimension pastorale plus prononcée, directement liée à l’exercice à venir du ministère ordonné (diaconat puis ministère sacerdotal). Ces années comportent d’ailleurs une partie de stage proprement pastoral accompli en paroisse sous la responsabilité d’un curé maître de stage.

Au terme de leur formation, les séminaristes ont validé les diplômes universitaires de Licence et de Master en théologie catholique reconnus par le Saint Siège comme équivalent au diplôme canonique du baccalauréat en théologie catholique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *